top of page

Amandine : un accouchement prématuré à 27 semaines





Bonjour à tous et bienvenue sur ce nouvel épisode de "Couches, Cafés et Confidences". Aujourd'hui, nous avons le plaisir d'accueillir Amandine. Bienvenue sur le podcast, comment ça va ?


Amandine : Ça va bien, je suis contente d'être avec vous aujourd'hui. Je suis Amandine, maman d'un petit garçon Émile, et je travaille en tant que conseillère en économie sociale et familiale.


Aujourd'hui, nous allons plonger dans le récit de ta grossesse, en particulier l'accouchement prématuré d'Émile. Peux-tu nous raconter en détail ton expérience en réanimation néonatale ?


Amandine : Bien sûr. À 6 mois de grossesse, j'ai dû être hospitalisée en raison de complications rénales liées à une maladie génétique appelée syndrome d'Alport. Elle m'a été diagnostiqué en raison d'une prédisposition génétique. Cette condition a entraîné une fragilité au niveau de ses reins, et la grossesse a mis à l'épreuve sa fonction rénale déjà altérée.


Déclenchement précoce de la grossesse : À 6 mois de grossesse, mon état de santé s'est détérioré, nécessitant une admission en réanimation néonatale à Poissy. Les médecins ont pris la décision de programmer une césarienne à 27 semaines pour assurer ma sécurité et celle d'Émile.


Admission en réanimation néonatale : Après la naissance, Émile a été admis en réanimation néonatale. Il a été placé dans une couveuse pour assurer son développement prématuré. Les premiers jours ont été cruciaux, et le personnel médical a été incroyable en expliquant les procédures et en nous rassurant.


Soins spécifiques : Étant donné la prématurité d'Émile, il a nécessité des soins spécifiques. Le personnel médical nous a expliqué les protocoles, notamment la désinfection des mains avant tout contact, l'utilisation de pochettes pour le téléphone, et la limitation des microbes pour prévenir les infections.


Accompagnement des parents : Nous avons été encouragés à participer aux soins d'Émile autant que possible. Bien que les premiers jours aient été angoissants, l'équipe médicale nous a progressivement laissé prendre en charge des gestes comme changer les couches et donner le bain. Cela a renforcé notre rôle de parents et nous a aidés à créer un lien avec Émile malgré les circonstances difficiles.


Allaitement et décision difficile : J'ai choisi d'allaiter Émile, même avec un traitement. Cela a duré un an, mais j'ai finalement pris la difficile décision d'arrêter pour prendre soin de ma santé. Bien que ce fût une décision déchirante, cela a permis de me concentrer sur ma récupération.


Évolution actuelle et projets : Aujourd'hui, Émile est en bonne santé, et nous avons tous les deux bien récupéré de cette période intense. Nous avons des projets pour l'avenir, en prenant soin de nous et en explorant de nouvelles possibilités. Notre expérience a renforcé nos liens familiaux, et nous sommes reconnaissants pour chaque étape de notre parcours.


Conclusion et remerciements : Malgré les défis, Émile a évolué de manière positive, et nous sommes reconnaissants du soutien de l'équipe médicale et de nos proches. La réanimation néonatale et l'allaitement ont été des étapes clés de notre parcours, et nous sommes heureux de partager cette expérience.


Inspiration pour d'autres parents : Pour ceux qui pourraient traverser des moments similaires, nous voulons partager notre histoire comme une source d'inspiration. Il est essentiel de rester forts, de s'appuyer sur le soutien médical et familial, et de croire en la résilience de nos petits miracles.



Amandine : son accouchement à 27SA

5 vues0 commentaire
bottom of page