top of page

La maternité ou comment devenir une maman en douceur

Dernière mise à jour : 31 janv. 2022

Ah la maternité, l'instinct maternel, le désir d'enfant et bien d'autres choses qui sont tellement inscrites dans nos ADN... Oui mais est-ce la réalité ? Sommes-nous vraiment capables de ressentir autant d'amour pour un petit être que l'on connaît à peine ? Est-ce vraiment si simple de répondre aux besoins de ce petit être si exigeant et avec le sourire et les yeux pleins d'étoiles ? Avons-nous toutes cette petite horloge biologique qui sonne passé 30 ans et nous exige de faire un enfant dans moins de 10 ans ?

Et si on décryptait tout ceci ensemble ?


Tout d'abord, le désir d'enfant ou justement le non-désir

Le désir d'enfant, certainement ce que l'on attend le plus de la femme.

Mais si ce désir est une réalité mais qu'il ne peut se réaliser, la pression supplémentaire ressentie est souvent très forte. Connaissez-vous réellement toute la vie de la personne en face de vous ? Croyez-vous réellement qu'elle vous a tout dit et a envie de tout vous dévoiler. La vie privée de chacun a le droit d'être respectée. Vous faites partis de ces femmes qui attendent, vous avez le droit de ne pas en parler, vous avez le droit d'être entouré que des personnes bienveillantes et soutenantes que vous avez besoin. Votre choix et votre attente est légitimes, vous n'avez pas à culpabiliser.

Et certaines n'ont pas choisies ce chemin. Un sujet encore si souvent tabou que l'on en parle encore très peu. Ne pas vouloir d'enfant pour une femme, il doit forcément avoir une explication, elle n'a pas dû réfléchir à toutes les conséquences possibles.

Voici quelques injonctions que les femmes qui ont choisi de ne pas être mère doivent faire face :

Le non désir d'enfant et le libre choix
  • "Qu'est-ce que tu attends pour faire un enfant ?" "Ah pardon, j'avais oublié qu'une vie était résumé au nombre d'enfant, et qu'en plus il y a un deadline !"

  • "tu ne vas pas le regretter ?" "bah non, vu que c'est mon choix, ma vie, mon corps"

  • "tu n'as pas peur de finir seule ?" "ah, je ne savais pas que l'on faisait un enfant par ennui ou par peur de la solitude ! On va peut-être prendre un chat alors !"

  • "Attends de rencontrer le bon, tu verras, tu changeras d'avis" "oui, ma vie doit être uniquement vécu dans les yeux d'un homme et mon corps lui appartiendra entièrement"

Ok et si on parlait chiffre :

  • Environ 4,5% des femmes de 18 à 79 ans ne souhaitent ou n'ont jamais souhaité devenir mère (INED 2016)

  • 15% des femmes n'ont pas d'enfant, ce qui représente environ 1 million de Françaises.

Il faut cesser de tenir pour exceptionnel le fait de faire un choix éclairé et consenti mais non normé.



"Renoncer à être mère, c'est plus que renoncer à la parentalité: c'est accepter une indépendance féminine qui, encore aujourd'hui, est mal accepter"
Chloé Chaudet, J'ai décidé de ne pas être mère, éditions iconoclaste

C'est certain qu'aujourd'hui, la pression sociale est forte sur ce sujet. L'enfant est souvent considéré comme un aboutissement, une étape obligatoire pour se permettre de rentrer dans les bonnes cases de ceux qui ont "réussi leur vie" mais la vie n'est-elle pas faite pour la vivre à sa manière, sans jugement et l'objectif premier ne serait pas juste d'être heureux ? Bon, peut-être que j'ai une vision très idéalisée de la vie !


La maternité et l'instinct maternel

Très bien, la vie est faite pour être vécue et pour repeupler la planète. Mais si l'on continue vers ces fameuses injonctions, une femme est née avec un mode d'emploi de la mère parfaite gravée dans son code génétique. Mais est-ce réellement le cas ?

  • Se retrouver seule face à son bébé qui vient de naitre et se sentir juste perdu, c'est normal !

  • Ne pas savoir comment réagir lorsque bébé se met à pleurer,

  • Ne pas ressentir de suite cet amour inconditionnel tellement survendu par tout le monde (mais qui est ce monde d'ailleurs ?)

  • Être de retour à la maison, ne pas avoir le temps de tout faire de ce qui avait noté sur son planning de charge mentale (on va en reparler de celle-ci)

Instinct maternel

Revenons au début, lors de cette fameuse rencontre, quelques minutes avant... On se rappelle de ce que l'on faisait, nous mamans. Oui, oui nous mettions cet enfant au monde. Nous réalisions l'exploit de mettre au monde cet enfant si désiré et pourtant on ne ressent rien !

Enfin, un accouchement avec sa dose d'hormones, de fatigue, d'épuisement... Alors oui, c'est possible qu'après ce marathon, on ne ressente pas là de suite, de l'amour pour ce petit être que l'on vient de poser sur notre ventre. Mais ça ne veut pas dire que l'on ne s'y intéresse pas, que l'on n'a pas envie de le protéger et que cet amour ne se manifestera jamais ! Peut-être, simplement prendre le temps et ne pas se prendre la tête et se mettre la pression serait un premier pas.

Pourtant, ceci est tabou (encore) ! Il ne faut surtout pas avouer que non, là vraiment je n'y arrive pas, je ne me sens pas encore prête à tout gérer, cette responsabilité, cet enfant... Et en même temps, ce n'est pas ça aussi être parent, connaitre et respecter nos limites et les respecter ?


La mère parfaite n'existe pas

Qu'est-ce que c'est une mère parfaite ? A quel moment, on peut se dire que ça y est, là je suis au plus haut level, THE BEST OF THE WORLD ?

Mais surtout qui le décide ?

Le maternage proximal, l'éducation positive, l'éducation traditionnelle ? Et si la meilleure éducation était celle que l'on peut donner, aider, apporter sans culpabiliser ?

On ne peut pas cocher toutes les cases et encore moins tous les jours, mais sommes-nous pour autant de mauvaises mères ?

Et si tout simplement nous étions les meilleures mères pour nos enfants avant d'être la meilleure mère pour la société ? Car aujourd'hui c'est surtout eux qui ont besoin de nous au quotidien, savoir répondre à leurs besoins, envie, les petits bobos et les grands chagrins, c'est plutôt ça notre rôle.


Mais alors être mère c'est quoi ?

Être mère c'est prendre le temps de se connaitre, de se réapprendre. Aussi bien ce petit être qui vient d'arriver et qui est entièrement sous notre responsabilité, mais également nous-même. Oui car tout a changé aujourd'hui, vous n'êtes plus la même car vous êtes devenues maman. Sans parler de ce corps que nous ne reconnaissons plus. On reparlera du post-partum une autre fois. Mais ce n'est évidemment pas si simple de se retrouver au milieu de tout ce nouveau monde, nouveau rythme, cicatriser et faire le deuil de cette maman parfaite idéalisée et de ce bébé parfait idéalisé (oui, il n'est peut-être pas exactement tel que l'on s'était imaginé)

Alors prenons juste le temps car s'il y a une vraie expression à retenir c'est surtout :

"Avant j'avais des principes, maintenant j'ai des enfants !!"

Et vous, quelle mère imparfaite et fière de l'être êtes-vous ? A quoi vous attendiez-vous avant de devenir maman ? Vous pouvez me partager vos expériences en commentaires.


 






38 vues0 commentaire

Comments


bottom of page